Avez-vous lu ce petit livre que l’on voit sur les présentoirs de toutes les librairies ? Non ? Et bien, jetez-vous dessus avant qu’il ne soit à nouveau indisponible pour rupture de stock : l’éditeur en a déjà vendu plus d’un million d’exemplaires.

L’auteur, Stéphane Hessel, a 93 ans. Ancien résistant, survivant des camps de Buchenwald et de Dora, ce vieux de la vieille qui ne compte plus les distinctions (ambassadeur de France) fut l’un des rédacteurs de la déclaration universelle des droits de l’homme. Et c’est parce que, selon lui, « le moteur de la résistance, c’était l’indignation » que dans cet ouvrage de 27 pages, ce grand homme nous parle à nous, la population, la jeunesse, et nous prie de nous indigner. De nouveau.

Ce n’est pas un hasard si ce petit livre est publié dans la collection « Ceux qui marchent contre le vent ». Stéphane Hessel nous appelle à faire comme lui dans sa jeunesse. Et même si les sources d’indignation sont mieux cachées dans le monde complexe qui est le nôtre aujourd’hui, elles sont plus présentes que jamais. On a donc droit à un tour très explicite des maux qui pourrissent la France et le monde. Les écarts de richesses, la planète poubelle, la compétition, les traitements envers certaines ethnies (notamment les Roms), la suprématie des systèmes financiers… sont confrontés aux supposés acquis de la résistance et de la déclaration universelle des droits de l’homme.

Le résultat n’est pas beau à voir. Et même si on le savait déjà, quand c’est un grand monsieur ayant mené de pareils combats qui nous explique que c’est intolérable, qu’on ne peut pas continuer comme ça et qu’une « insurrection pacifique » est possible, ça fait du bien. Et ça change du discours habituel sur l’ordre établi des choses, qui est la meilleure arme de ceux qui en profitent.

Un succès littéraire non surprenant en ces temps incertains. Et un petit livre de chevet à conserver pour les jours où on doute, les jours où on se dit que ça ne sert à rien et que les choses ne changeront pas. C’est faux. Et si on se sait pas par où commencer, Stéphane Hessel nous donne aussi des pistes : Attac, Amnesty international… Autrement dit, l’action en réseau. Comme hier.

Justine Le Cor

Indignez-vous !, par Stéphane Hessel, Indigène éditions, octobre 2010, 3 €.