Reporter citoyen à Créteil, Khalid a suivi la conférence-débat organisée le 26 novembre sur la péniche Alternat, quai de Bercy. Un moment où musique et projets ont fait bon ménage.

L’économie sociale et solidaire est-elle une alternative au profit sans limite des gens qui nous dirigent, dans ce monde capitaliste où l’argent est roi, mais à quel prix : licenciements, délocalisations, stress, pollution, désinformation ? Alors changeons notre quotidien, partageons différemment nos savoirs, expériences et richesses culturelles et artistiques, aussi divers et variés soient-ils. Ne laissons pas nos différences nous diviser, mais unissons-nous et utilisons la liberté d’association pour monter des projets afin de construire un futur plus humain, qui vous ressemble et nous rassemble, comme ce vendredi 26 novembre où j’ai assisté, dans le cadre du mois de l’économie sociale et solidaire (ESS), à une conférence-débat sur la péniche Alternat, quai de Bercy (Paris 12e).

Je monte sur la péniche et me dirige vers l’arrière, où se situe l’entrée du bateau. Je suis accueilli sur de la musique salsa par trois personnes membres de l’association Aurore, et plus particulièrement de son service café-projet, qui anime la soirée et me présente leur activité. Puis je suis convié à prendre place dans la salle aménagée en café pour l’occasion : « Ce soir, des personnes sont venues nous présenter leurs projets ou activités, pour nous expliquer en quoi l’économie sociale et solidaire, avec toutes les valeurs qui la régissent, s’applique à leur mode de fonctionnement », m’explique Lakdar Kherfi, chef de projet.

Je traverse la salle pour m’assoir sur une banquette où j’aurai une vue d’ensemble de cet espace flottant. Autour de moi, les matelots terminent les préparations de la croisière. Je ferme les yeux en écoutant la musique soul qui passe. Quand une femme d’environ 40 ans, assise à côté de moi, me sort de mes pensées et me regarde dans les yeux, se présente et me propose un peu de lecture en attendant que ça commence. Elle met la main dans son sac et en sort une dizaine de journaux gratuits qu’elle étale sur la table : « Je voudrais pas passer pour la salle d’attente du médecin, mais servez-vous, il faut bien s’informer ! », lance-t-elle à toute la salle en esquissant un sourire communicatif. A peine le temps de discuter que la conférence commence.

Khalid Nahi

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xg3tck_culture-et-econimie-solidaire-lors-du-mois-de-l-ess_news[/dailymotion]